Les parasites du chien

Les parasites du chien

Lorsque les beaux jours arrivent, il se peut que votre chien, s’il n’est pas protégé, attrape des parasites externes, tels que les puces ou tiques, mais aussi des parasites internes, comme des vers intestinaux. Les parasites peuvent rester sur son pelage ou sa peau (les parasites externes) ou être ingérés et infester ses organes (les parasites internes). En plus de lui être désagréables, ces parasites du chien peuvent également transmettre des maladies graves.

Qu’est-ce qu’un parasite ?

Un parasite est un organisme vivant qui ne peut vivre et se développer que dans un autre organisme, et ce, aux dépens de son hôte. Cela passe par la mise à profit de ses cellules, ses nutriments, ses tissus pour vivre et proliférer.

Les puces, les tiques et les ténias sont les parasites les plus fréquents chez le chien.

Quels sont les parasites externes chez le chien ?

Les parasites externes chez le chien sont majoritairement des insectes et des acariens. On trouve aussi parfois des champignons comme pour la teigne.

Les puces 

puce

Les puces sont les parasites externes les plus souvent observés chez les chiens (1/3 des chiens environ). Elles se nourrissent de leur sang. En général, l’infestation débute par des larves que l’animal récupère sur son pelage ou alors par transmission d’un individu infesté à un sain.

Leurs piqûres provoquent des démangeaisons et des pustules (à cause de leur salive), associées parfois à des allergies ou des inflammations de la peau. 

Les poux

poux

Les poux sont des insectes qui vivent sur la peau de votre chien, en se fixant à la base des poils. On peut d’ailleurs voir leurs œufs au contact de la peau.

Ces parasites touchent en général les animaux non entretenus ou ceux vivant en collectivité , car la contamination se fait par contact direct ou indirect. Une telle infestation n'entraîne que peu , voire pas de symptômes : de légères démangeaisons, un pelage terne, la présence de pellicules, une légère alopécie (perte de poils)…

Les tiques 

tiques

Les acariens très fréquemment observés sont les tiques qui, peu importe le stade de développement (larve, nymphe, adulte), se nourrissent du sang de leur hôte. Chez les femelles, ce repas sanguin permet la ponte dans le milieu extérieur par la suite.

Ce sont des parasites très résistants aux conditions extrêmes dans l’environnement et qui sont plus fréquents au printemps et à l’automne.

Ils peuvent, suite au repas sanguin, provoquer de graves maladies chez l’animal, comme la piroplasmose ou la maladie de Lyme contre lesquelles il existe actuellement des vaccins.

Sarcoptes Scabiei   

Cet acarien microscopique est responsable de la gale du corps : il se localise dans la peau de l’animal.

On le retrouve plus fréquemment chez les chiens errants, les chiots et les chiens vivant en collectivité car elle est très contagieuse et provoque des démangeaisons fortes.

Otodectes cynotis

Cet acarien est quant à lui responsable de la gale des oreilles en se logeant dans les deux conduits auditifs externes.

On remarque alors un cérumen brunâtre et des démangeaisons. La contamination est directe entre chiens ou même entre chiens et chats.

Les aoûtats

Les aoûtats sont des acariens très petits et que l’on retrouve dans l’herbe en été et en automne. C’est sa larve qui constitue le parasite chez le chien. Les larves se nourrissent, après fixation sur l’hôte au niveau des zones de plis (sous la queue, dans l’oreille), de son sang et de ses tissus pendant environ 7 jours.

On les reconnait facilement par leur fixation en amas de « points » ou croûtes de couleur orange. Ces derniers causent des démangeaisons et des réactions allergiques, ce qui peut conduire à des plaies si l’animal se gratte trop intensément.

La teigne

La teigne est la maladie parasitaire la plus fréquente chez les chiens et elle est causée par un parasite externe qui est un champignon. Sa prolifération peut entraîner une alopécie et des dépilations souvent d’aspect circulaire.

Parfois, il est possible de n’observer aucun signe. C’est une affection très contagieuse, par contact direct (chien infesté) ou indirect (objets contaminés).

Quels sont les parasites internes chez le chien ?

Il est probable également que des vers ou des protozoaires envahissent l’intestin de votre chien : on parle de parasites internes.

Vous pourrez affirmer que votre chien est infesté si vous en apercevez dans ses selles, ou si vous trouvez un changement dans sa prise alimentaire ou dans sa forme générale. N’hésitez pas à récupérer un échantillon de selles pour le faire analyser par votre vétérinaire.

Les vers ronds ou nématodes

Les ascaris

vers ronds

Ce sont ceux que l’on rencontre le plus souvent dans l’intestin des chiens. De son vrai nom Toxocara canis, il s’agit d’un ver rond qui peut mesurer entre 10 et 20 centimètres et que l’on retrouve dans l’intestin grêle du chien. Les larves de Toxocara canis peuvent être transmises aux chiots à travers la barrière placentaire ou via le colostrum (premier lait). A cet âge, une telle infestation peut entraîner des problèmes de croissance, des anomalies du pelage, des vomissements, des diarrhées, de la toux, une péritonite et peut même s’avérer être fatale.

Quant aux œufs, ils sont éliminés dans les selles après avoir été pondus par les adultes dans le tube digestif. Mais ce n’est pas parce qu’ils sont sortis de votre chien qu’ils ne peuvent pas en réinfester un autre. En effet, ils sont très résistants à des situations extrêmes et même aux produits désinfectants, et ce, pendant assez longtemps (plusieurs années). 

Comment vivent-ils dans l’intestin de votre chien ? En réalité, ils consomment ce que le chien ingère (glucose ou minéraux (phosphore, calcium)). Si Toxocara canis est en grand nombre, cela peut entraîner des perforations de la muqueuse, voire même un véritable bouchon dans le tube digestif.

Les ankylostomes

ankylostomes

Les ankylostomes, comme Ankylostoma caninum et Uncinaria stenocephala sont quant à eux de plus petite taille comparé aux ascaris de l’ordre de 1 centimètre. De la même manière, les œufs pondus par les adultes dans l’intestin sont évacués avec les selles, après un certain délai d’infestation (une quinzaine de jours).

Les larves pourront ensuite être ingérés par un autre chien qui sera alors infesté et ainsi de suite. La contamination des chiots se fait aussi par le lait. Quand ils sont nombreux, ils peuvent provoquer une anémie et des diarrhées hémorragiques, à cause de petites perforations du tube digestif. Un amaigrissement et une fatigue sont aussi des signes cliniques de cette infestation.

Les trichures

trichures

Les trichures, de leur vrai nom Trichuris vulpis, sont des petits vers ronds souvent observés au microscope dans les selles ou directement dans le tube digestif via une coloscopie.  Ce parasite se colle à la paroi du caecum de votre chien pendant plus de quinze mois. Pour information, le caecum est un petit cul-de-sac appartenant au côlon dans lequel vivent des bactéries qui constituent le microbiote du chien. A l’extérieur, les œufs de trichures peuvent contaminer durant longtemps d’autres chiens qui viendraient à les avaler.

Votre chien présentera à nouveau, s’il en est infesté, un amaigrissement, des diarrhées hémorragiques, une anémie et un changement dans le comportement (apathie, fatigue).

Les vers plats ou cestodes

vers plats

Le ver plat le plus couramment vu est Dipylidium caninum : vous en avez sans doute entendu parler sous la dénomination de « ver solitaire ». En effet, il est facilement reconnaissable par sa couleur blanc nacré et sa forme en long grain de riz qui bouge parfois après le passage de votre chien. Il peut être très long (jusqu’à un mètre) et se loge dans l’intestin de l’animal. Vous le verrez ou bien après le passage de votre chien, dans les selles ou à terre, ou bien sur les côtés de l’anus de votre compagnon.

Enfin, on rencontre aussi parfois le « ténia » dont la larve est transmise par les puces que votre chien peut présenter dans son pelage. Il peut alors facilement les avaler, et la larve deviendra adulte dans l’intestin grêle. C’est alors que des anneaux (contenant des œufs) constitutifs de ce ver vont être libérés dans les selles ou en partie terminale du tube digestif (anus). Les œufs sont donc ingérés par des puces, et le cycle recommence !

Ces vers ne provoquent peu ou pas de signes cliniques graves. Des poils moins brillants, des démangeaisons autour de l’anus, des diarrhées intermittentes sont les principaux symptômes que vous pourrez observer sur votre toutou s’il vient à être infesté.

Les autres parasites internes 

Notons que dans de plus rares cas, des parasites, comme les Angiostrongylus peuvent infester d’autres organes comme le cœur et les voies respiratoires. 

D’abord, Angiostrongylus vasorum vit dans l'artère pulmonaire, voire dans une des cavités du cœur, le ventricule droit. Les œufs de ces parasites infestent les vaisseaux pulmonaires. Quand ils éclosent, ils gagnent alors le poumon et causent alors des hémorragies, des fibroses, des caillots et des problèmes respiratoires : toux, impression de vomissement.

En essayant d’évacuer ces larves, il les ingurgite alors et ces dernières sont alors par la suite éliminées dans les selles. Dans le milieu extérieur, elles infestent d’autres animaux comme des escargots, des rongeurs. Si votre chien consomme un de ces derniers, il sera alors contaminé. Une fois que l’animal est infesté, il l’est à vie, d’où la dangerosité de ce ver ! C’est alors qu'apparaît une hypertension pulmonaire et une insuffisance cardiaque droite. 

On peut trouver aussi Capillaria aerophila dans les sinus, la trachée et les bronches des chiens. Ces vers y pondent des œufs qui seront aussi ingérés par d’autres animaux à l’extérieur. La toux est souvent présente.

Finalement, on trouve parfois dans l’œil et dans l’appareil lacrymal Thelazia callipaeda quiest, un petit ver d’un peu plus d’1 cm de long pouvant y vivre jusqu’à un an !

Les protozoaires

protozoaires

Les protozoaires ne sont faits que d’une cellule. 

Dans les protozoaires, on trouve souvent chez nos chiens des coccidies qui infestent leur intestin. L’infestation commence par l’ingestion de kystes de coccidies trouvés sur le sol, notamment dans des lieux de forte densité animale.

C’est alors que ces parasites provoquent une diarrhée hémorragique ou non, associée à un amaigrissement et une déshydratation. Chez un jeune chiot, ce parasite peut être très dangereux. Parfois, des chiens sont dits porteurs sains car ils n’ont aucun symptôme. C’est en analysant les selles de votre chien qu’on en conclut à ce type de parasite.

De même, on rencontre fréquemment des giardias, et ce, chez les jeunes chiots. Ces protozoaires adhérent aux cellules intestinales et survivent en consommant les nutriments présents.  Ils donnent ensuite des kystes qui sont alors évacués dans les selles, pouvant vivre plusieurs semaines à l’extérieur, surtout dans des conditions de forte humidité et de surdensité canine. Ce parasite produit des toxines qui abiment la barrière intestinale et limitent alors la digestion. Cela entraîne aussi diarrhée et amaigrissement.

Comment traiter les parasites des chiens ?

Tout d’abord, si l’infestation par un parasite est prouvée par votre vétérinaire, ce dernier mettra en place un traitement qui dépendra de l’état de l’infestation et des symptômes de votre chien. 

  • Pour les parasites externes, il existe des traitements antiparasitaires (pipettes, colliers ou poudre contre les puces et tiques) On trouve aussi des shampoings anti-puces ou anti-poux.
  • En général, le traitement des parasites internes se fait par une vermifugation mais celle-ci n’est efficace que lors de l’administration car elle va tuer seulement les vers qui étaient présents à ce moment. C'est pourquoi il est important de vermifuger votre chien tout au long de l’année.

Notons que le traitement des coccidies et des Giardia ne se fait que lorsqu'on les diagnostique.

Pour les vers cités plus haut, nous vous conseillons une vermifugation régulière, quel que soit l’âge de votre chien. 

Il existe différentes manières de vermifuger et cela dépend de votre animal et de son mode de vie : plus il sort et est en contact avec d’autres chiens, plus il est enclin à être infesté. En général, les vermifuges se présentent sous forme de comprimés appétents ou de sirop, à donner à la cuillère ou mélangé à sa nourriture ou friandise préférée. N’hésitez pas à le cacher ou le mélanger dans du fromage ou du pâté si votre toutou est difficile !

Il faut savoir que les vétérinaires recommandent de vermifuger les adultes environ tous les 3 à 6 mois. Les chiots doivent être vermifugés tous les mois jusqu’à leurs six mois. Il est aussi possible de leur donner un antiparasitaire s’ils sont en contact avec beaucoup d’autres chiens. Quant aux chiennes en gestation, elles sont à vermifuger si possible deux semaines avant la mise-bas et durant la lactation. Notez qu’avant une vaccination, il est préférable de vermifuger votre animal pour que le système immunitaire soit le plus efficace possible. 

Pour finir, nous vous conseillons de prêter attention à l’hygiène de l’habitation dans laquelle votre/vos chien(s) vivent et de traiter tous vos animaux en même temps

Paul Charlemagne, ProVéto Junior Conseil