Les vers plats chez le chat

Les vers plats chez le chat

Lorsque l’on possède un animal de compagnie, veiller à sa santé est notre responsabilité. Il est donc important de connaître les différents risques que notre compagnon encourt et comment réagir s’ils deviennent réalité. Parmi les différents dangers connus chez le chat, on distingue les parasites externes comme les puces et les tiques ou les parasites internes comme les vers. Ces derniers se divisent en deux grandes catégories : les vers ronds, ou nématodes et les vers plats appelés aussi plathelminthes. Découvrons ensemble les vers plats; leurs caractéristiques, les symptômes qu’ils provoquent et comment les combattre. 

Qu’est-ce que les vers plats du chat ? 

Ainsi, parmi les vers du chat, on retrouve les vers plats ou plathelminthes. Ces derniers présentent un corps généralement segmenté et aplati, ayant un aspect rappelant un ruban. Ces vers plats sont nombreux et variés, mais on peut en retrouver trois principaux qui affectent les chats ; Dypilidium caninum, les échinocoques et les vers du genre Taenia.

Dypilidium caninum 

Dypilidium caninum est un cestode qui présente un corps segmenté blanc. Les segments de son corps peuvent se détacher et former ainsi des petits éléments faisant penser à des grains de riz qui peuvent sortir directement de l’anus de votre chat ou que l’on peut aussi retrouver dans ses crottes. 

Ce parasite est très fréquent et touche aussi les chiens, les renards et peu fréquemment l’Homme. 

Échinocoques

Les échinocoques provoquant ainsi des échinococcoses. Les chats peuvent être notamment infestés par Echinococcus multicolaris. L’échinococcose ne présente pas de risques pour votre chat qui est un porteur asymptomatique.

En revanche, cette maladie est un danger pour vous ; c’est en effet une zoonose qui peut être mortelle pour l’Homme. Ces vers se transmettent par voie orale chez l’Homme ; les enfants peuvent donc y être très sensibles. C’est pourquoi il est important de ne pas laisser un enfant mettre sa main à la bouche après avoir joué avec votre chat par exemple. La contamination peut aussi se faire lorsque votre chat vous lèche, sur le visage par exemple. Le cas échéant, il est conseillé de vous rincer minutieusement. 

Taenia

Enfin, les vers du genre Taenia peuvent aussi être retrouvés chez votre compagnon sous la forme de Taenia taeniaeformis. Ce cestode assez fréquent ne touche que les chats et les chiens de façon sporadique. Seuls les chats étant en contact avec l’extérieur peuvent être contaminés. Le risque est d’autant plus grand si votre chat est un chasseur. 

Comment un chat attrape-t-il des vers plats ? 

chat allonge herbe

La contamination par ces trois vers se fait par voie orale. En effet, dans chacun des trois cas, votre chat sera infecté en consommant un hôte dit intermédiaire contaminé lui-même par les œufs du parasite. 

  • Dans le cas de Dypilidium caninum, votre chat se contamine en consommant des puces infestées. 
  • Dans le cas de Echinococcus multicolaris et Taenia taeniaformis, l’infestation se fait par la consommation de rongeurs infectés. 

Une fois les puces ou rongeurs infectés consommés, la larve du vers en cause pourra se développer dans l’intestin de votre chat qui deviendra alors l’hôte définitif du parasite. Le vers pourra alors pondre à son tour des œufs qui seront libérés dans le milieu extérieur avec les fèces de votre chat. Par la suite, les larves de puces ou les rongeurs pourront consommer ces œufs, s’infecter et devenir les hôtes intermédiaires. 

Enfin, ces hôtes intermédiaires seront consommés par votre chat, de façon volontaire ou accidentelle (s’il se lèche alors qu’il y a des puces sur son corps par exemple). Le cycle du vers peut alors reprendre.

Quels sont les symptômes des vers plats chez le chat ? 

Sur le plan clinique, une infestation par les vers plats est généralement assez bénigne pour votre chat. Il peut présenter une perte de poids chronique et dans certains cas de la diarrhée.

Ces signes restent des motifs de consultation pertinents pour votre vétérinaire. Cependant, certains autres signes un peu plus spécifiques doivent aussi vous alerter :

  • Si vous observez des vers dans les selles. Comme expliqué précédemment, ces vers peuvent prendre une apparence proche d’un grain de riz ; si vous voyez quelque chose qui correspond à cette description dans les fèces de votre compagnon, il faudra penser à le traiter.
  • Si votre chat se frotte l’anus par terre, ce qu’on appelle aussi « le signe du traineau » ou s’il se le lèche. Cela peut signifier des démangeaisons anales que la présence de vers pourrait expliquer.
  • Un ventre gonflé et tendu, rappelant un ballon. Attention, ce signe peut être associé à un amaigrissement. Même si le fait que le ventre soit rond et tendu puisse donner l’impression que votre chat est plutôt « gros », il peut en réalité être en train de maigrir. Une perte de poids s’observe dans ce cas au niveau des reliefs osseux (bassin, vertèbres, côtes…) et s’objective en pesant votre animal régulièrement pour obtenir une courbe de suivi du poids. 

Ainsi, on retrouve différents signes qui peuvent indiquer une contamination de votre compagnon par des vers plats. En cas de doutes, n’hésitez pas à prendre rendez-vous chez votre vétérinaire pour qu’il puisse faire les examens nécessaires permettant de mettre en évidence la présence de vers. Parmi ces examens, le principal correspond à une coprologie qui permettra aussi d’identifier le ou les parasite(s) impliqués. 

L’apparition des vers plats chez le chat, ça se prévient ? 

Heureusement, pour limiter les risques de contamination par des parasites internes, il existe aujourd’hui des solutions de prévention. En effet, vermifuger son chat de façon régulière réduit considérablement les risques. 

Concernant les jeunes chats, il est conseillé de les vermifuger tous les mois jusqu’à 6 mois d’âge. Une fois adulte, deux fois par an peuvent suffire. Si votre chat est un chasseur qui consomme ses proies comme des rongeurs, potentiels hôtes de parasites, il peut être intéressant de le vermifuger 3 à 4 fois dans l’année. 

En effet, les vermifuges n’ont pas d’action rémanente. Ils agissent de façon curative au moment de l’administration mais n’ont pas d’action sur le long terme ; c’est pourquoi il faut adapter la fréquence d’administration du vermifuge au mode de vie de votre compagnon. Si vous avez des doutes, vous pouvez en discuter avec votre vétérinaire. 

Et si la prévention n’a pas suffi, quel traitement choisir ? 

hat veterianire

Dans le cas où une administration régulière d’un vermifuge n’a pas été suffisante, il est important de traiter votre chat afin d’éliminer les parasites. Ce traitement correspond à l’administration des mêmes vermifuges que ceux utilisés en prévention. Le traitement le plus fréquent correspond à la reprise de la vermifugation régulière avec des comprimés contre les vers qui aident à expulser les parasites.

Si vous souhaitez être sûrs du traitement que vous choisissez, vous pouvez demander à votre vétérinaire de réaliser une coprologie. Cela lui permettra d’identifier le vers présent et donc de choisir la molécule parfaitement adaptée.

Le traitement prend généralement la forme d’un comprimé à donner par voie orale, mais peut aussi, pour certaines molécules, être administré directement sur la peau. La molécule pourra alors traverser la barrière cutanée et rejoindre la circulation sanguine à partir de laquelle elle pourra agir sur les parasites. 

Pour conclure, les parasites, qu’ils soient externes ou internes, représentent un risque non négligeable pour nos compagnons à quatre pattes. Il est donc nécessaire qu’en tant que propriétaire, vous soyez avertis à leur sujet et puissiez reconnaitre des signes d’infestation. Cela vous permettra alors d’agir rapidement en prenant rendez-vous chez votre vétérinaire qui pourra confirmer le diagnostic et mettre en place un traitement adapté au parasite mis en évidence. Dans le cas des vers plats, ce traitement consiste généralement à l’administration d’un vermifuge par voie orale. Cependant, comme le dit le dicton « mieux vaut prévenir que guérir », c’est pourquoi il est important de maintenir une couverture antiparasitaire en vermifugeant votre compagnon de façon régulière en prévention d’une contamination. 

BAUDUIN Caroline - ProVéto Junior Conseil