Ce site Web a des limites de navigation. Il est recommandé d'utiliser un navigateur comme Edge, Chrome, Safari ou Firefox.

Livraison offerte dès 40€ d’achat Engagée pour le bien-être animal ❤️ Produits élaborés sous contrôle vétérinaire
Soin du poil chat

La pelade du chat

Les chats perdent régulièrement leurs poils, mais la pelade est un phénomène dont les origines peuvent être multiples et qui entraîne une chute plus importante et localisée de son pelage. Il est important de consulter le vétérinaire afin de mettre en place un traitement adapté destiné à soigner la cause de la pelade.

Les problèmes de peaux sont un des principaux motifs de consultations chez le vétérinaire : en effet, la perte de poils est commune chez le chat surtout lors des mues saisonnières en automne et au printemps. Toutefois, il arrive que votre compagnon perde une quantité non négligeable de poils à tel point que la peau devient visible.

La pelade peut se manifester de différentes façons que nous vous présenterons dans la suite de cet article. Si la pelade est prise en charge de manière précoce, votre chat aura plus de chances de retrouver son poil avec des traitements adaptés. Enfin, nous vous donnerons quelques conseils à adopter pour prévenir la chute des poils chez votre animal !


Qu’est-ce que la pelade du chat ?

En temps normal, le poil pousse à partir d’un follicule pileux. Lorsque sa croissance atteint son terme, le poil finit par tomber naturellement afin de laisser place à un nouveau poil. Toutefois, il arrive que le poil ne repousse plus : c’est la pelade.

Elle peut alors prendre la forme d’hypotrichose, c’est-à-dire une perte partielle ou une perte de densité du pelage. On peut aussi avoir une alopécie, une absence de poil dans une zone normalement poilue. La pelade peut être la conséquence de pathologies plus ou moins graves affectant le chat, comme nous le verrons dans la suite de l’article.


chat couché

Quelles sont les causes de la pelade du chat ?

 Le stress et l'anxiété

Tout comme nous, les chats peuvent être soumis à des épisodes stressants : par la sécrétion de cortisol, adrénaline et hormones surrénaliennes, le stress va avoir un impact sur le développement du follicule pileux, l’épiderme mais également le cerveau. Votre chat peut ainsi changer de comportement. La plupart du temps, les chats se lèchent frénétiquement au niveau d’une patte avant voire des deux, du flanc ou encore du ventre. Les léchages excessifs vont progressivement arracher les poils et peuvent causer des irritations.  

Lorsque la source du stress aura été identifiée et éliminée, votre chat devra normalement retrouver son pelage d’origine ! Il peut s’agir d’un déménagement, de l’arrivée d’un nouvel animal dans le foyer, mais le stress peut aussi être la conséquence d’une douleur chronique, d’une forte fièvre, etc …

Pour éviter tout épisode stressant pour votre chat, Vetocanis propose un diffuseur apaisant pour chat qui permet à votre chat de retrouver calme et sérénité lors de période de stress.
Diffuseur Apaisant pour Chat avec Recharge

 

Les maladies parasitaires

Les puces

Chats d’intérieurs et chats d’extérieurs sont tous les deux susceptibles d’attraper des puces. 

Les puces sont responsables de la pulicose : une démangeaison et des petits boutons provoqués par la spoliation sanguine et la salive irritante. Les puces sont aussi responsables de la DAPP : Dermatite par Allergie aux Piqûres de Puces. Il s’agit d’une pathologie dermatologique non contagieuse, contrairement à la pulicose. En conséquence le chat se gratte de manière intensive et il peut en résulter une perte étendue de poils, des démangeaisons cervicales, des rougeurs ou plaques.

 

La teigne

La teigne est une affection de la peau causée par des champignons invisibles à l’œil nu. Il s’agit en fait d’une mycose affectant la surface de l’épiderme, la base du poil et des griffes. Le Persan est une race prédisposée à la teigne ! 

Les lésions de la teigne sont évocatrices : on retrouve des zones dépilées, de formes rondes avec une progression du centre vers la périphérie. Les poils tombent par plaques et on peut observer des croûtes. La pelade se fait donc de manière disséminée sur l’ensemble de l’animal.

Attention, si les dépilations de votre chat sont douteuses, lavez-vous les mains et évitez les contacts : la teigne est contagieuse, touche particulièrement les jeunes ou vieux chats immunodéprimés et se transmet à l’Homme ! Seul votre vétérinaire pourra effectuer un diagnostic de certitude en éclairant, par exemple, les zones avec la lampe de Wood, révélatrice du champignon.

 

Les démodécies

Les démodécies chez le chat sont peu fréquentes en Europe : le parasite, Demodex cati se loge dans le follicule pileux et provoque des lésions en plaques localisées avec une composante plus ou moins inflammatoire.

Les démodécies peuvent aussi être associées à une otite externe chez le chat. L’atteinte des poils et de l’épiderme peut provoquer des démangeaisons, des croûtes, ce qui entretient la perte de poils et l’irritation. Certaines formes de démodécies, plus rares, sont contagieuses car elles se situent dans l’étage le plus superficiel du poil : il faut veiller à isoler les autres animaux de la maison pour éviter une contamination !

 

La gale

La gale du chat s’est raréfiée en France depuis quelques années, toutefois de nouveaux cas ces derniers temps chez les chats nous ont motivés à mentionner cette maladie parasitaire : Otodectes canis affecte généralement les chatons sous forme d’otite cérumineuse dont les démangeaisons peuvent entrainer une pelade. 

 

Les allergies

Comme évoqué précédemment la piqûre des parasites, et notamment des puces, peut engendrer des allergies. Certaines allergies sont liées à l’environnement : le pollen et la poussière peuvent causer des démangeaisons, une alopécie, une inflammation de la peau ou encore de l’asthme. On dit alors que le chat souffre de Dermatite atopique féline. 

Il ne faut pas oublier l’alimentation qui selon sa composition peut entraîner des allergies ou des hypersensibilités. Plusieurs symptômes peuvent être observés : vomissements, diarrhées et/ ou simplement du prurit cervico-facial. 

 

Le prurit, l'inconfort et la douleur

Des troubles du comportement peuvent causer une alopécie auto-induite : à force de léchages excessifs, dus à un mal-être, les poils cassent et peinent à repousser. Les poils disparaissent au niveau du ventre, puis en direction du poitrail et des flancs. Attention, ce n’est pas parce que vous ne voyez pas votre chat se lécher qu’il ne le fait pas en votre absence !

Le prurit ou démangeaison, peut être la conséquence de plusieurs pathologies : le complexe granulome éosinophilique félin, le prurit cervico-facial, … Dans le premier cas, il s’agit d’un dérèglement du système immunitaire ayant pour conséquence l’apparition de plaques en mosaïque. Dans le second cas, on ne connait pas vraiment la cause des démangeaisons, cependant il en résulte des blessures voire des plaies à vif au niveau des oreilles et de la face. Si le prurit est prolongé, on pourra observer des surinfections bactériennes qui ne feront qu’aggraver le problème …

Si votre chat est coopératif pour la balade en laisse, ne choisissez pas un harnais trop serré, de mauvaise qualité : en effet les frottements répétitifs peuvent casser et arracher le poil. Par ailleurs, il est déconseillé de laisser un collier trop serré autour du cou de votre chat, pour les mêmes raisons.

 

Les maladies hormonales

L’hypothyroïdie est une maladie hormonale fréquente chez le chat de toute race, souvent diagnostiquée entre 2 et 6 ans. Comme son nom l’indique, cette maladie est responsable d’un défaut de production d’hormones par la thyroïde. Ces hormones jouent un rôle prépondérant dans la régulation de la température corporelle, la fonction cardiaque mais également la production de poil. Par conséquent, une hypothyroïdie peut être associée à une perte de poil non négligeable. Une fois la pathologie identifiée, le pronostic est excellent et le traitement permettra la repousse du poil.

D’autres pathologies moins courantes comme un syndrome de Cushing (hypercorticisme) ou un déséquilibre des hormones sexuelles peuvent conduire à une pelade. 


Les causes génétiques

A force de sélection génétique et de consanguinité, certaines races accumulent des tares qui peuvent affecter la santé du poil : par exemple, chez les chats de race Sphinx, l’alopécie congénitale est recherchée mais est considérée comme une anomalie chez le Devon Rex, le Siamois et le Burmese. La maladie affecte les chromosomes non sexuels et s’exprime de manière récessive. Si l’éleveur ne prête pas attention à la transmission de cette maladie en choisissant deux parents apparemment sains (mais porteurs de l’allèle délétère), les petits pourront naître sans poils ou perdre leurs poils au cours de leurs premiers mois de vie

Parmi les causes génétiques, on trouve également la dysplasie pilaire, une anomalie qui se transmet génétiquement et affecte la croissance du poil. L’Abyssin est une race qui semble prédisposée à cette tare.

La perte de poil est localisée au niveau des oreilles chez les Siamois qui peuvent se transmettre de génération en génération l’alopécie féline des pavillons.

Enfin il faut savoir que plusieurs gènes régissent la composition et la croissance du poil et qu’ils peuvent être altérés. Ainsi, certaines pelades peuvent être expliquées par une cause génétique qui n’a pas encore été décrite. Parfois il peut être intéressant de savoir si les chats de la même portée sont eux aussi touchés par une perte de poils. Dans ce cas, il est peu probable que les poils repoussent…


Les cancers

Souvent rencontrés chez les chats blancs, le carcinome épidermoïde se manifeste par des pertes de poils, des rougeurs et des squames / pellicules au niveau du bout des oreilles, des paupières, du chanfrein ou des lèvres. Si ce cancer n’est pas pris en charge, il peut dégénérer en ulcères et croûtes.

Le thymome, une tumeur cancéreuse qui affecte le thymus, peut être associé à une dermatite exfoliative principalement chez les chats adultes ou de plus de 10 ans. On observe une dégradation de l’épiderme ainsi qu’une alopécie au niveau de la face et des oreilles. Le chat peut se gratter et on pourra voir quelques pellicules. Une dégradation de l’état général de votre chat est à craindre dans un second temps.

Certains cancers sont associés presque systématiquement à une perte de poils caractéristique sans forcément avoir de lien direct : on parle de syndromes paranéoplasiques. Dans le cas d’une alopécie paranéoplasique pancréatique, associée donc à une tumeur du pancréas, on retrouve une pelade au niveau de l’abdomen, des membres et des flancs. La peau apparaît luisante/ brillante comme vernie. C’est cet aspect caractéristique, due à une disparition de la couche cornée de la peau, qui mettra la puce à l’oreille à votre vétérinaire.

Comment traiter la pelade du chat ?

Il n’existe pas de traitement miracle qui permette de relancer la croissance du poil : il faut identifier la cause précise à l’origine de ce dérèglement. Au vu de la diversité des causes possibles et des manifestations cliniques peu caractéristiques, le diagnostic peut nécessiter de nombreux examens complémentaires et donc du temps. Vous-même et votre vétérinaire devront faire preuve de patience !

La bonne nouvelle c’est que presque toutes les causes sont traitables, à part les causes génétiques ! Un traitement antiparasitaire, des antibiotiques associés à des bains pour réduire les démangeaisons, un traitement hormonal, une désensibilisation allergique, le retrait chirurgical d’une tumeur, un changement d’alimentation ou d’environnement, etc… En bref, si vous consultez rapidement votre vétérinaire dès l’apparition des premiers symptômes il est fort probable que votre chat retrouve son pelage d’origine ! 


chat siamois

Prévenir la pelade du chat

Pour vous éviter plusieurs rendez-vous chez le vétérinaire, vous pouvez adopter quelques réflexes de prévention : prêtez une attention particulière à l’alimentation de votre chat. Préférez une alimentation de qualité, composée des acides aminés essentiels, riche en vitamines et oméga 3 et 6. En cas de doute, demandez conseil à votre vétérinaire : certes son alimentation sera plus chère mais il s’agit d’un investissement à long terme pour lui garantir une meilleure santé.

Un brossage régulier ainsi que l’administration de traitements antiparasitaires est recommandé pour éviter la pelade. L’environnement de votre chat doit être soigné pour éviter la prolifération des parasites. Par ailleurs, il est conseillé de se laver les mains si vous avez touché d’autres animaux qui ne font pas partie du foyer, pour éviter d’éventuelles contaminations. Concernant l’environnement, évitez de restreindre votre chat, notamment s’il est blanc, à des zones ensoleillées.

Si vous projetez d’acheter un nouveau chaton, renseignez-vous sur son arbre généalogique et sa consanguinité. Évitez de prendre un chat de race dont les parents ou grands-parents sont proches (ex : frère et sœur, cousins…). Enfin, nous vous conseillons de prévoir un bilan de santé annuel pour votre chat, pour détecter le plus tôt possible les maladies hormonales, par exemple.


En conclusion, la pelade est une pathologie dermatologique dont la cause exacte ne peut-être découverte qu’après examen approfondi chez votre vétérinaire. Plus vite la pelade est prise en charge, plus vous garantissez à votre chat la possibilité de retrouver ses poils. Enfin, pour éviter ce désagrément, l’alimentation, le brossage et autres gestes du quotidien peuvent être améliorés.

Envie de découvrir d’autres conseils ?

Nos supers héros

#vetocanis

NOUS SOMMES AU POIL

Pourquoi nous choisir ?

Société à mission

Une marque engagée pour le bien-être animal

Sous contrôle vétérinaire

Nos produits sont élaborés sous contrôle vétérinaire

Livraison offerte

à partir de 40€ avec Colissimo