Ce site Web a des limites de navigation. Il est recommandé d'utiliser un navigateur comme Edge, Chrome, Safari ou Firefox.

Livraison offerte dès 40€ d’achat Engagée pour le bien-être animal ❤️ Produits élaborés sous contrôle vétérinaire
Maladies chien

La piroplasmose chez le chien

La piroplasmose est provoquée par un parasite introduit dans le système sanguin du chien par une tique. Un traitement précoce est efficace mais en l´absence de prise en charge, ce trouble est mortel.

La piroplasmose – ou babésiose – est une maladie infectieuse de plus en plus répandue qui touche en France près de 40.000 chiens chaque année. Elle n’atteint pas les humains et n’est pas contagieuse entre les chiens. Elle est transmise par les tiques lors de leur repas sanguin. La tique porteuse d’un parasite - Babesia canis - peut le transmettre à votre animal entre 8h et 48h après la morsure : elle injecte un peu de sa salive pour éviter la coagulation du sang de sa victime, les parasites sont ainsi inoculés. 

La maladie est présente dans toute l’Europe, surtout au niveau des zones chaudes et forestières puisque les tiques y prolifèrent davantage, le sud de la France est ainsi particulièrement touché. Les saisons où elles sont le plus actives sont le printemps et l’automne. Les chiens de chasse ou les chiens sortant à l’extérieur sont plus exposés, mais tout animal peut contracter la piroplasmose dès lors qu’il est mordu par une tique porteuse du parasite. 

 

L’évolution de la Piroplasmose

Après la morsure, on observe une période d’incubation asymptomatique d’une à trois semaines : les parasites rejoignent les vaisseaux sanguins, pénètrent dans les globules rouges et les font éclater. Il s’ensuit rapidement une anémie (ses muqueuses sont toutes pâles), un abattement, de la fatigue, une perte d’appétit ainsi que de la fièvre. Son foie ou ses reins peuvent être intoxiqués par les déchets issus des globules rouges éclatés et ses urines peuvent devenir marron foncé.

D’autres symptômes peuvent être rencontré : cardiaques, digestifs, neurologiques, musculaires, respiratoires, nerveux, articulaires… Toute modification du comportement de votre chien doit faire l’objet d’une discussion avec votre vétérinaire. Cette maladie est très grave et peut entraîner des séquelles irréversibles sur le foie et les reins (insuffisance rénale irréversible), voire la mort si il n’est pas soigné : il faut agir vite !

Le diagnostic chez le vétérinaire est difficile puisque les principaux symptômes ne sont pas spécifiques de cette maladie et peuvent être d’intensité modérée. Il est nécessaire de faire des analyses sanguines et urinaires, voire des examens immunologiques poussés et une observation au microscope pour que le diagnostic de certitude soit établi. Le vétérinaire prélève une goutte de sang, l’étale sur une lame de verre, la colore et la regarde au microscope : le parasite est parfois visible à l’intérieur des globules rouges. 

 

Traitement et Réduction du risque de transmission

L’animal étant souvent dans un état critique, il est urgent de commencer le traitement. Il est composé d’injections pour éliminer le parasite et limiter l’inflammation, de perfusions qui permettent d’hydrater l’animal et de rétablir ses fonctions rénales et hépatiques, voire de transfusions sanguines pour pallier le manque de globules rouges. 

Il est possible que le chien rechute et que quelques parasites persistent, mais cela reste rare. 

La méthode la plus efficace pour réduire le risque de transmission de la piroplasmose est de s’assurer que votre animal n’ait pas de tiques. Évitez les zones à risques (forêt, taillis, buissons au printemps et en automne), inspectez son poil après une longue balade et éliminez le plus rapidement possible les tiques avec un tire-tique (ne le faites pas à la main, la tête de la tique risquerait de rester coincée et elle déverserait encore plus de parasites dans son sang).

Rassurez-vous, toutes les tiques ne sont pas porteuses de Babesia canis mais il y a toujours un risque (et les tiques sont porteuses d’autres maladies !).  N’oubliez pas d’opter pour un antiparasitaire préventif, qui repousse les tiques avant qu’elles ne s’installent sur votre chien. Il en existe sous forme de comprimé à faire avaler, pipette à appliquer sur le cou, collier…. Attention, si votre chien a déjà contracté la piroplasmose, il n’est pas immunisé et pourra être re-contaminé. 

 

Pour conclure, la piroplasmose est une maladie grave dont les symptômes varient entre chaque chien, mais qui se traduit essentiellement par de l’abattement, perte d’appétit et fièvre. Le traitement est efficace à condition d’être mis en place rapidement et les complications peuvent être graves. La mesure offensive la plus efficace est la lutte contre les tiques par inspection et utilisation d'antiparasitaires préventifs.

 

Alice Masson, ProVéto Junior Conseil

Envie de découvrir d’autres conseils ?

Nos supers héros

#vetocanis

NOUS SOMMES AU POIL

Pourquoi nous choisir ?

Société à mission

Une marque engagée pour le bien-être animal

Sous contrôle vétérinaire

Nos produits sont élaborés sous contrôle vétérinaire

Livraison offerte

à partir de 40€ avec Colissimo