Ce site Web a des limites de navigation. Il est recommandé d'utiliser un navigateur comme Edge, Chrome, Safari ou Firefox.

Livraison offerte dès 40€ d’achat Engagée pour le bien-être animal ❤️ Produits élaborés sous contrôle vétérinaire
Nouveaux propriétaires

Les 10 dangers de la maison pour votre animal

Votre maison ou appartement n'est pas sans danger pour votre compagnon à quatre pattes. Intoxications, chutes, brûlures... Voici une liste des éléments dangereux de votre maison !

Lorsque l’on adopte un animal, on pense généralement à lui acheter un panier, des gamelles, des jouets, à l’éduquer, à le soigner etc. mais on ne pense pas tout de suite aux dangers que peut comporter son environnement. Une maison regorge de nombreux dangers, c’est pourquoi il est important d’adapter l’environnement de son animal afin de le rendre le plus sécurisé possible. Nous allons voir dans la suite de l’article les principaux dangers domestiques auxquels un animal peut être confronté.

 

Les produits chimiques

Les premiers dangers domestiques pour votre animal de compagnie sont évidemment les produits chimiques. Ils sont nombreux et peuvent s’avérer très toxiques, voire mortels, pour votre chien ou votre chat.

L’éthylène glycol, également appelé « antigel », est utilisé en hiver lors des périodes de gel pour dégivrer les voitures. Son goût sucré attire les chiens et les chats qui peuvent alors en ingérer une grande quantité volontairement. Les doses toxiques sont de 65mL pour un chien de 10kg et de 7,5mL pour un chat de 5kg. Les conséquences de l’ingestion de ce produit sont alors une grave insuffisance rénale aigue, pouvant aboutir à la mort de l’animal dans les 24 à 72h après l’ingestion en l’absence de traitement. L’apparition des symptômes est progressive et se déroule en trois phases. Les premiers symptômes apparaissent dans les 6h après ingestion et consistent en un état d’ébriété (l’animal marche en titubant), des vomissements, une baisse de température, une prise de boisson et une émission d’urine augmentées. 12h après ingestion de l’éthylène glycol, une phase de rémission est alors observable. Pourtant l’animal est alors loin d’être tiré d’affaire puisque les lésions continuent de croître silencieusement. La dernière phase de l’intoxication se déroule 24 à 72h après l’ingestion et l’animal est alors abattu, a des ulcères dans la bouche l’empêchant de se nourrir, n’urine plus et a un rythme cardiaque très augmenté. Lorsque ces symptômes apparaissent, l’intoxication est alors très avancée et les lésions développées parfois irréversibles. Il est primordial de réagir vite en cas d’intoxication à l’éthylène glycol, dès les symptômes de la première phase.

Les produits anti-limaces, répandus sur le sol, sont également toxiques pour nos animaux. Les chats sont les plus susceptibles de s’intoxiquer car contaminent leurs pattes en marchant dessus puis ingèrent le produit lors de leur toilette. Le produit provoque alors des brûlures de la langue, empêchant le chat de s’alimenter.

La mort aux rats est une source fréquente d’intoxication mortelle, des chiens notamment. En effet, ces poisons sont des anticoagulants, c’est-à-dire qu’ils provoquent la mort de l’individu empoisonné par saignement incontrôlé. Les symptômes observables lors d’ingestion sont alors du sang dans les urines, dans les selles et dans les vomissements, une salivation excessive, des tremblements et des difficultés respiratoires.

Les détergents caustiques utilisés pour le ménage, comme l’eau de Javel, sont également source d’intoxication. Ils provoquent, dans les 12h suivant l’ingestion, des tremblements, une salivation abondante et des crises d’épilepsie.

Dans tous les cas, il est fortement déconseillé d’essayer de faire vomir son animal. Premièrement car les produits, souvent irritants, risqueraient de brûler l’œsophage, très fragile, une deuxième fois. Deuxièmement car la quantité d’eau salée nécessaire pour faire vomir son animal est souvent très proche de la dose toxique. L’animal risquerait alors une intoxication au sel en plus de son intoxication initiale. La conduite à tenir est alors de garder son animal dans une zone sécurisée le temps d’appeler son vétérinaire pour obtenir les premiers conseils, puis l’amener rapidement au cabinet.

 

Les aliments toxiques

Notre cuisine regorge d’aliments divers et variés, pouvant pour certains s’avérer toxiques pour les chiens et les chats.

Le chocolat, relativement connu des propriétaires d’animaux de compagnie, présente un risque d’intoxication mortelle. En effet, il contient une substance toxique pour nos animaux de compagnie, la théobromine. Plus le chocolat est riche en cacao, plus il contient de cette substance. Le chocolat noir est donc le plus à craindre. La dose toxique est de 30g de chocolat noir pour un chat de 5kg (soit environ 5 carrés) et de 60g pour un chien de 10kg (soit un peu plus d’une demi tablette). Les symptômes sont observables 4 à 6h après consommation et sont des troubles digestifs (vomissements, diarrhée), des troubles nerveux (anxiété, agitation, tremblements, convulsions, coma), des troubles cardiaques, une augmentation de la consommation d’eau et de l’émission d’urines.

L’oignon, moins connu, est également extrêmement toxique pour les chiens et les chats. Il provoque une anémie hémolytique, c’est-à-dire une détérioration des globules rouges. Les symptômes sont observables assez tardivement (1 à 2 jours après ingestion) et sont des vomissements et de la diarrhée, des muqueuses pâles, des troubles cardio-respiratoires, des urines sombres. La dose toxique est de 150g pour un chien de 10kg (soit environ 1 oignon et demi) et de 25g pour un chat de 5kg (soit environ 1 quart d’oignon).

Ail, échalotte, poireaux, avocat et raisin sont également à proscrire pour nos animaux de compagnie.

En cas d’ingestion de l’un de ces aliments, il peut être favorable de faire vomir son animal à condition qu’il ait consommé l’aliment au cours des trente dernières minutes. Dans tous les cas, il est recommandé de contacter son vétérinaire afin de connaître la marche à suivre en cas d’ingestion de l’un de ces aliments.

 

Les médicaments

Notre pharmacie regorge souvent de nombreux médicaments qui, même s’ils nous soulagent souvent, peuvent s’avérer extrêmement dangereux pour nos animaux, surtout lorsqu’ils sont ingérés en grande quantité. Le paracétamol est l’ennemi numéro 1 de nos chiens et chats. En effet, il provoque des troubles nerveux comme une démarche anormale, une dépression ou une agitation et des troubles digestifs comme une hypersalivation, des vomissements et de la diarrhée. La dose toxique est d’un comprimé d’1g pour un chien de 10kg et d’un demi comprimé de 500mg pour un chat de 5kg. Les chats sont donc plus sensibles au paracétamol que les chiens. L’ibuprofène est également toxique et provoque le même type de symptômes.

 

Les végétaux

Les chats et parfois les chiens aiment grignoter les plantes, à l’intérieur comme à l’extérieur. Même si certains végétaux ne présentent pas de dangers, d’autres peuvent provoquer des inflammations de l’estomac, entraînant des nausées et des vomissements (attention au ficus et au laurier rose). Dans les cas les plus graves, des troubles cardiaques peuvent survenir (attention au muguet et à la digitale).

 

Les corps étrangers intestinaux 

Les animaux peuvent s’avérer parfois très (voire trop) gourmands et ainsi ingérer des choses non comestibles. Il peut notamment s’agir de lacets ou de fils de sac poubelle pour les chats, et de vêtements type chaussettes ou d’objets en plastique pour les chiens… les chiots et les chatons sont les plus à surveiller mais un animal adulte peut tout à fait ingérer un corps étranger. Il est ainsi important de laisser son chien ou son chat dans une pièce sécurisée lorsque l’on s’absente la journée.

 

Les fenêtres oscillo battantes

Les fenêtres oscillo-battantes sont l’ennemi des chats. En effet, en laissant une fenêtre oscillo-battante ouverte, on peut avoir l’impression d’aérer la maison sans danger puisque l’ouverture de la fenêtre est difficile d’accès. Or les chats sont des aventuriers prêts à tout tenter pour un petit tour à l’extérieur. Un chat peut alors se retrouver coincé dans ce type de fenêtre, les pattes avant dehors et les pattes arrière dedans. Il est rare qu’un chat puisse se sortir seul de cette situation. La circulation sanguine est alors fortement diminuée, voire totalement coupée au bout de quelques heures et les conséquences peuvent être dramatiques.

 

Les fils électriques

Lorsque l’on adopte un chiot ou un chaton, il est important de ne rien laisser de dangereux à sa portée. Les fils électriques en font partie puisque ces petites boules de poils ont tendance à vouloir grignoter tout ce qu’ils trouvent. Gare à l’électrocution !

 

Les chutes

Lorsqu’un chat vit en appartement, la frustration de ne pas pouvoir sortir à l’extérieur peut aboutir à des accidents malheureux, comme la chute du balcon du 6e étage. Il est alors important d’avoir conscience de ce risque lorsque l’on possède un chat en appartement et d’adapter son environnement. Des grillages spécialisés existent afin de pouvoir sécuriser l’accès au balcon et de laisser son chat profiter d’un petit espace extérieur.

 

Les fourneaux

Les chats aiment grimper et se percher sur tous les meubles qu’ils peuvent trouver dans la maison. Les fourneaux ne font alors pas exception, surtout lorsqu’une bonne odeur émane de la cuisine. Il faut ainsi être vigilant et ne pas laisser l’accès à la cuisine à son chat lorsque l’on cuisine, d’autant plus si l’on s’absente de la pièce quelques instants.

 

Les drogues

La consommation accidentelle de produits psychotropes, comme le cannabis ou la cocaïne, entraîne des troubles neurologiques chez les chiens et les chats. Les symptômes observables surviennent dans les 30 à 90 minutes après ingestion ou inhalation et sont une somnolence, des tremblements, des difficultés à se déplacer, de l’anxiété, une alternance de phases d’abattement et d’excitation, et dans les cas les plus grave un coma voire la mort.

 

 

Compte tenu des nombreux dangers auxquels nos animaux peuvent être confrontés, rien que chez nous, il est indispensable de rester très vigilants à l’apparition de symptômes inhabituels. La plupart des dangers peuvent être évités grâce à des mesures préventives simples. Cependant, des accidents étant vite arrivés, il est primordial d’avoir les bons reflexes pour agir vite et bien. Au moindre comportement anormal, n'hésitez pas à demander conseil à votre vétérinaire.

 

Florine Hache, ProVéto Junior Conseil

Envie de découvrir d’autres conseils ?

Nos supers héros

#vetocanis

NOUS SOMMES AU POIL

Pourquoi nous choisir ?

Société à mission

Une marque engagée pour le bien-être animal

Sous contrôle vétérinaire

Nos produits sont élaborés sous contrôle vétérinaire

Livraison offerte

à partir de 40€ avec Colissimo