Ce site Web a des limites de navigation. Il est recommandé d'utiliser un navigateur comme Edge, Chrome, Safari ou Firefox.

Livraison offerte dès 40€ d’achat Engagée pour le bien-être animal ❤️ Produits élaborés sous contrôle vétérinaire
Hygiène

11 questions sur les vers intestinaux chez le chien ou le chat

Les vers intestinaux sont des parasites internes des chiens et des chats, qui peuvent leur causer des troubles digestifs ou intestinaux. Comment les détecter et que faire ? Suivez nos conseils.

En médecine vétérinaire, les vers parasites que l’on rencontre sont appelés Helminthes. Il existe deux grandes familles de vers intestinaux qui peuvent toucher votre chien ou chat : les vers plats (Plathelminthes) et les vers ronds (Némathelminthes). Ces vers peuvent selon les espèces s’installer au sein de différents organes de nos animaux de compagnie : intestins, poumons et plus rarement cœur, artères, cerveau, yeux. Ici nous nous intéresserons aux parasites les plus fréquents de nos chiens et chats, les vers intestinaux. Ceux-ci colonisent l’appareil digestif de leur hôte et l’affaiblit en consommant une grande partie sa nourriture. Il faut donc vous en débarrasser pour le bien de votre animal mais également pour le vôtre car, dans certaines conditions, ces parasites sont transmissibles à l’homme.

 

Quels vers intestinaux peuvent infecter mon chien ou mon chat ?

Différentes espèces de vers intestinaux peuvent infecter vos animaux de compagnie.

Les ascarides sont des vers ronds assez longs (on dit qu’ils ont une forme de « spaghettis »). Les deux espèces principales sont Toxocara cati chez les chats et Toxocara canis chez les chiens.

Il y a plusieurs espèces de vers plats qui peuvent coloniser les intestins de nos animaux : des ténias (Dipylidium caninum, Taenia pisiformis) ainsi que des échinocoques (Echinococcus granulosus, Echinococcus multilocularis). Les premiers sont de grandes tailles alors que les seconds sont bien plus petits et pour certains bien plus dangereux.

Les ankylostomes, des vers ronds, peuvent également infecter le tube digestif des chiens et des chats (Ancylostoma caninum chez le chien, Ancylostoma tubaeforme chez le chat, et Uncinaria stenocephala surtout chez le chien et parfois chez le chat).

Des trichures, un autre genre de vers ronds, peuvent également parasiter nos animaux de compagnie. Seule l’espèce Trichuris vulpis est présente en Europe et parasite préférentiellement les chiens, même si les chats peuvent parfois être touchés aussi.

 

Comment mon animal peut-il attraper des vers intestinaux ? 

Les vers plats nécessitent un hôte intermédiaire pour se développer sous forme de larves, ainsi qu’un hôte définitif où vivent les adultes. Les chiens et chats sont des hôtes définitifs et sont contaminés en ingérant des hôtes intermédiaires ou du moins certains de leurs organes. Par exemple, les chiens et chats sont contaminés en ingérant des puces porteuses de Dipylidium caninum (en se léchant ou en se mordillant pour se gratter). Pour Echinococcus multilocularis et Taenia pisiformis, les hôtes intermédiaires sont des rongeurs, et pour Echinococcus granulosus, ce sont des moutons. 

L’infection par des ascarides, trichures et ankylostomes se fait en ingérant des œufs ou des larves. Celles-ci sont présentes dans des milieux contaminés (sol souillés, déjections d’animaux contaminés). L’animal peut également être parasité en léchant le pelage d’un congénère contaminé ou en mangeant une proie contaminée. Les larves peuvent passer de la mère au fœtus lors de la gestation ou de la mère au nouveau-né lors de la lactation.

 

Comment savoir que mon animal a des vers ?

Les signes de présence de vers intestinaux chez nos animaux de compagnie sont généralement proches quelle que soit l’espèce parasite : amaigrissement, poil terne, diarrhées (avec du sang parfois), vomissements, léchage de la zone anale, signe du traineau (le chien se gratte l’arrière-train en trainant ses fesses par terre), ventre gonflé. Certaines espèces peuvent migrer dans d’autres organes et ainsi provoquer d’autres signes. La migration d’ascarides dans les poumons est relativement fréquente et peut se manifester par une toux. Certains signes peuvent faire penser à certaines espèces (par exemple le signe du traineau est fréquent lors d’infection par Dipylidium caninum), mais il n’est pas possible de diagnostiquer quelle espèce exactement est présente uniquement par l’observation de signes cliniques. On peut voir certains vers dans les selles (Dipylidium caninum et ascarides notamment) mais beaucoup sont trop petits pour être détectables. Il est possible de faire une coproscopie (étude microscopique des selles) pour connaître exactement quels parasites sont présents.

 

Si mon animal a des vers, comment s’en débarrasser ?

Pour se débarrasser des vers intestinaux, il faut utiliser des solutions contre les vers qui permettent de tuer ces parasites. De nombreuses solutions sont à spectre large et ciblent la plupart des espèces mais il existe également des produits spécialisés pour certains types de vers.

Il faut généralement vermifuger les chats et chiens tous les trois mois lorsqu’ils sont adultes. Il faut vermifuger les chiots et chatons toutes les deux semaines de deux semaines à deux mois puis tous les mois jusqu’à six mois. En effet, ceux-ci sont exposés par la mère (via le placenta lors de la gestation puis le lait lors de la lactation), et sont plus sensibles aux vers que les adultes.

Il existe différentes formes de produits : des pipettes spot-on, des comprimés et des solutions buvables. Il faut choisir selon ce qui sera plus facile à administrer à votre compagnon, les principes actifs étant généralement les mêmes.

Les vermifuges tuent les œufs, larves et vers adultes présents chez votre animal mais n’ont pas d’effet rémanent. C’est donc pour cela qu’il faut réitérer le traitement régulièrement, afin d’éviter une prolifération trop importante de parasites.

 

Si mon animal a des vers, dois-je traiter ma maison ?

Les œufs et larves peuvent se déposer dans la maison, il est donc important de tenter au maximum de garder l’environnement de nos animaux sain. Il n’existe pas de produits à vaporiser chez nous pour tuer les vers, mais il faut garder l’environnement propre en lavant les coussins et tissus sur lesquels nos animaux sont fréquemment installés, en passant l’aspirateur, en lavant les sols et en ramassant les crottes de nos animaux.

 

Comment prévenir l’infestation de vers intestinaux ?

Il n’existe pas de produits préventifs empêchant l’infection par des vers. Il faut donc vermifuger régulièrement et garder un environnement propre

De plus, comme on l’a vu, il faut traiter contre les puces pour éviter que celles-ci transmettent Dipylidium caninum. Il existe contre ces parasites externes de nombreux traitements préventifs (pipettes spot-on, colliers, sprays…).

 

Puis-je utiliser les mêmes produits pour mon chien et pour mon chat ?

Il est important de choisir des produits adaptés à l’espèce et au poids de l’animal sinon cela pourrait être dangereux ou bien inefficace. 

Certains vermifuges pour chiens ne sont pas bons pour toutes les races. En effet, certaines races (Colley, Bergers des Shetlands, Border Collie, Berger Australien et d’autres encore) sont porteuses d’un gène, le gène MDR-1, et certains vermifuges sont toxiques pour les individus porteurs.

 

Où acheter des produits vermifuges ?

Certains vermifuges sont uniquement disponibles sur ordonnance. Ceux-ci sont délivrables en clinique vétérinaire et en pharmacie sur présentation de l’ordonnance. Il existe également de nombreux produits vendus sans ordonnance en pharmacies, cliniques vétérinaires et grandes surfaces. 

 

Quels sont les risques pour mon animal s’il a des vers intestinaux ?

Les risques sont variables selon l’espèce de vers qui infecte votre animal. 

Chez les chiens et chats adultes, la contamination par des ascarides n’est généralement pas grave, mais elle peut l’être chez les chiots et chatons. En effet, en plus des symptômes décrits plus hauts, les ascarides peuvent causer une baisse de croissance et, s’ils sont trop nombreux, ils peuvent boucher un segment intestinal causant une occlusion et même parfois une perforation de l’intestin. 

Les vers Dipylidium caninum ne sont pas dangereux, et sont surtout à l’origine de démangeaisons au niveau de l’anus.

La plupart des taenias pouvant parasiter les chiens et chats (tels que Taenia pisiformis) engendrent peu de symptômes.

Chez les chiens et chats, les échinocoques intestinaux ne provoquent la plupart du temps peu de symptômes (voire aucuns).

Les ankylostomes sont surtout à l’origine de symptômes digestifs importants et peuvent s’accompagner de signes respiratoires si les parasites migrent au niveau des poumons. Ces maladies sont rarement graves si elles sont prises en charge rapidement.

Les trichuroses sont bégnines si les symptômes sont uniquement digestifs. En revanche, si les signes digestifs s’accompagnent d’anémie, elles peuvent être plus graves.

 

Puis-je attraper les vers intestinaux de mon animal ? Leur présence chez mon animal présente-t-elle un risque pour moi ?

Une grande partie des vers intestinaux de nos animaux de compagnie peuvent être transmis aux humains : les infections par des vers intestinaux sont pour la plupart des zoonoses (c’est-à-dire des maladies transmissibles de l’animal à l’Homme et vice-versa). La transmission se fait quand l’humain ingère les larves ou les œufs de ces vers. On peut par exemple penser aux enfants qui portent les mains à la bouche après avoir caressé un animal infecté. 

Chez un adulte en bonne santé, les ascarides sont rarement graves, ils causent seulement un peu de fièvre et de fatigue. Chez les enfants et les personnes immuno-déficientes en revanche, les signes décrits peuvent être plus forts et s’accompagner d’une atteinte hépatique, oculaire ou cérébrale. 

Les Dipylidium caninum ne sont pas dangereux pour les humains.

La plupart des taenias pouvant parasiter nos compagnons ne sont pas transmissibles à l’Homme.

Chez l’Homme, les échinocoques, et surtout Echinococcus granulosus, peuvent être très graves. Les larves peuvent gagner les tissus internes et y former des kystes les comprimant. Les larves d’Echinococcus multilocularis se logent dans le foie et sont responsables d’une maladie appelée échinococcose alvéolaire. Cette maladie peut être mortelle et son traitement est difficile. Les larves d’Echinococcus granulosus se logent souvent dans le foie et les poumons, et parfois dans les yeux et le cerveau. On désigne cette maladie sous le nom d’hydatidose. Cette maladie peut elle aussi être mortelle et est difficilement soignable. 

Les ankylostomoses et trichuroses ne sont pas des zoonoses.

 

Les antiparasitaires sont-ils dangereux pour nous ?

Il est conseillé de bien suivre les recommandations indiquées sur la notice des antiparasitaires. Il ne faut pas toucher les zones d’application des pipettes spot-on et bien se laver les mains après la manipulation de ces produits. Les comprimés eux ne demandent pas de précautions particulières lors de leur administration, il faut simplement les laisser hors de la portée des enfants pour éviter une ingestion accidentelle.

 

Juliette Orléan, ProVéto Junior Conseil

Envie de découvrir d’autres conseils ?

Nos supers héros

#vetocanis

NOUS SOMMES AU POIL

Pourquoi nous choisir ?

Société à mission

Une marque engagée pour le bien-être animal

Sous contrôle vétérinaire

Nos produits sont élaborés sous contrôle vétérinaire

Livraison offerte

à partir de 40€ avec Colissimo