Ce site Web a des limites de navigation. Il est recommandé d'utiliser un navigateur comme Edge, Chrome, Safari ou Firefox.

Livraison offerte dès 40€ d’achat Engagée pour le bien-être animal ❤️ Produits élaborés sous contrôle vétérinaire
Soin du poil chien

Problèmes de peau chez le chien : comment prévenir, comment guérir ?

Les problèmes de peau sont fréquents chez le chien : démangeaisons ou lésions cutanées peuvent révéler un mal-être dû à des allergies, des parasites, des dermatites ou encore des mycoses.

Une fois que vous avez mis le doigt sur un problème, une consultation chez le vétérinaire sera recommandée, pour aider votre compagnon à quatre pattes à se sentir mieux !

 

Les symptômes à savoir reconnaitre 

Les symptômes les plus fréquents sont les démangeaisons (parfois jusqu’à se créer des plaies ou des pertes de poils), les lésions cutanées (croûtes, boutons, pellicules, papules, nodules…), une perte de poils localisée ou étendue, la présence de parasites sur le pelage, une mauvaise odeur. 

Ils peuvent aussi s’accompagner de symptômes tels qu’un abattement, une perte d’appétit, des troubles digestifs…

 

Quelques causes d’une anomalie cutanée chez le chien 

Les parasites

Les puces sont à l’origine de démangeaisons et de lésions sur l’ensemble du corps avec une localisation préférentielle au niveau du bassin (boutons, rougeurs…). Les allergies aux piqûres de puce (réaction excessive de l’organisme suite à une unique piqûre de puce) peuvent accentuer les symptômes.

Les gales (petits acariens) sont responsables de croûtes et dépilation au niveau de la tête (oreilles, museau), du ventre et des aisselles. 

Certains champignons peuvent aussi provoquer des pertes de poils localisées et des démangeaisons (attention la teigne peut être transmissible à l’homme et entraine de petites lésions circulaires). 

 

Les allergies

Les allergies alimentaires (fréquemment au bœuf ou aux produits laitiers) ou environnementales (aux acariens, au pollen, à la poussière ou à divers produits ménagers…) sont fréquentes. Certaines races peuvent être prédisposées. 

 

Les dermatoses bactériennes 

A la surface de la peau de votre animal, on dénombre jusqu’à un million de germe/cm2 comme des bactéries, des levures, des virus…Cette microflore dépend de la peau (température, pH, humidité, localisation), de l’âge, des maladies intercurrentes, des traitements (et médicaments) et du mode de vie (extérieur, forêt, appartement). Elle a de multiples rôles immunitaires. 

Une dermatose bactérienne se produit en cas de déséquilibre de cette flore (par une multiplication de microbes qui pénètrent dans le derme par exemple). Elles peuvent se transformer en pyodermites (infections de la peau par des bactéries) avec apparition de plus ou moins de pus. 

 

Les maladies endocriniennes ou les cancers cutanés

Des dysfonctionnements hormonaux (production d’une quantité trop faible ou trop importante d’hormones) peuvent être à l’origine de problèmes cutanés. On peut parfois remarquer des défauts de pigmentations. 

Les cancers cutanés sont difficiles à repérer car ils peuvent prendre de multiples – et petites – formes. 

 

La dermatite atopique

La dermatite atopique est une dermatose inflammatoire chronique associée à des anomalies de barrière cutanée et une dysrégulation du système immunitaire, à composante génétique et environnementale. Mais elle ne doit pas être réduite à une simple allergie. Certaines races sont prédisposées comme le Bouledogue français, Labrador, Boxer, Dogue Argentin, Westie. Elle peut être liée au climat, à l’alimentation, à la pollution de l’air, de l’eau…

On observe une anomalie de la flore à la surface de la peau, une anomalie structurelle de la barrière cutanée et une surréaction du système immunitaire. 

 

Les zones préférentiellement atteintes sont le cou, la tête (oreilles, museau), les doigts, la région génitale. Le diagnostic peut être précoce sans qu’il n’y ait d’expression lésionnelle : il est ainsi important d’emmener régulièrement votre chiot consulter un vétérinaire. Plus la prise en charge se fait tôt, plus l’évolution de la maladie sera favorable. 

 

Comment prévenir ces pathologies ? 

Pour prévenir les parasites, rien de plus efficace que les produits antiparasitaires vendus chez votre vétérinaire. Il est important de protéger votre chien des infestations de puces, de tiques, de gale mais aussi des maladies qu’elles peuvent transmettre en piquant votre animal, et ce tout au long de l’année ! Les saisons les plus à risques étant l’automne et le printemps. 

Pour éviter la prolifération de champignons (mycoses), il faut bien sécher votre animal après une promenade humide ou un bain. Vous pouvez aussi utilisez des shampooings spécifiques pour limiter l’accumulation de pellicules.

Il est impossible de prévenir des allergies ou des maladies endocriniennes ou tumorales, qui pourraient survenir à n’importe quel moment de la vie de votre chien. 

 

Comment guérir ? 

Si vous pensez que votre animal a une maladie cutanée, n’hésitez pas à consulter votre vétérinaire pour que le problème soit résolu au plus vite ! Une fois qu’il aura fait un examen général (et parfois des examens complémentaires sont nécessaires comme des analyses microscopiques de raclage cutané, des biopsies cutanées…) et poser un diagnostic, vous pourrez traiter votre animal (comprimés, pommades…). 

Il est souvent difficile de trouver la cause d’une allergie (alimentaire ou environnementale). Des tests peuvent être effectués mais ils ne sont pas efficaces dans 100% des cas. 

Vous pouvez essayer de limiter les allergènes (poussière, acariens, fumée de cigarette) et aérer votre habitat. Certains matériaux peuvent limiter le développement d’acariens. 

 

Pour ce qui est de la nourriture, il existe des gammes de croquettes adaptées (hypoallergéniques signifie que l’aliment contient moins d’allergène susceptible de faire réagir l’organisme). Il est peu recommandé de donner des restes de table (type fromage, restes de viandes ou de poissons…) à votre animal en cas de suspicion d’allergie alimentaire. 

Pour que votre chien retrouve un poil de qualité, vous pouvez lui donner, de temps en temps et par-dessus ses croquettes, une petite cuillère à café d’huile de poisson gras riche en oméga 3. 

Au sujet de la dermatite atopique, tous les chiens atteints ne présentent pas des signes cliniques graves. Les animaux sont traités seulement si des manifestations cliniques gênantes sont rencontrées et que la maladie évolue. Le traitement se fait au long terme, l’animal ne pourra pas guérir mais on pourra l’accompagner pour limiter les poussées de la pathologie. 

 

Pour conclure, observez votre chien et profitez des moments de câlins et de caresses pour faire une vérification rapide de l’état de son poil et de sa peau. En cas de démangeaisons, de pertes de poils, de rougeurs, de boutons ou d’autres anormalités, n’hésitez pas à contacter votre vétérinaire : un traitement mis en œuvre tôt a souvent d’avantage de succès auprès d’un animal en bonne santé. N’oubliez pas de prévenir une contamination de puces, de tiques ou de gales à l’aide d’antiparasitaires.  

 

Alice Masson, ProVéto Junior Conseil

Envie de découvrir d’autres conseils ?

Nos supers héros

#vetocanis

NOUS SOMMES AU POIL

Pourquoi nous choisir ?

Société à mission

Une marque engagée pour le bien-être animal

Sous contrôle vétérinaire

Nos produits sont élaborés sous contrôle vétérinaire

Livraison offerte

à partir de 40€ avec Colissimo