Ce site Web a des limites de navigation. Il est recommandé d'utiliser un navigateur comme Edge, Chrome, Safari ou Firefox.

Livraison offerte dès 40€ d’achat Engagée pour le bien-être animal ❤️ Produits élaborés sous contrôle vétérinaire
Anti-puces & Anti-tiques chien

Tiques chez le chien : 10 choses à savoir pour les éviter, les combattre

La tique est un parasite externe de nos animaux, fréquemment rencontré. Il est important de connaître ses particularités et les dangers qu’elle représente pour lutter efficacement contre l’infestation de nos animaux de compagnie. 

1- Qu’est-ce qu’une tique ? 

La tique est un acarien de grande taille. C’est un parasite hématophage, c'est-à-dire qu’elle se nourrit du sang des animaux qu’elle colonise. On distingue 2 familles : les Ixodidés (tiques dures) et les Argasidés (tiques molles). 

En France, ce sont essentiellement les tiques dures qui infestent nos chiens. Trois espèces sont rencontrées et diffèrent de par leur habitat, leur cycle évolutif et les maladies qu’elles peuvent transmettre : Ixodes Ricinus, Dermacentor reticulatus et Rhipicephalus sanguineus

 

2- Où retrouve-t-on les tiques en France ?

Ixodes Ricinus et Dermacentor reticulatus sont présentes un peu partout en France, à l’exception du Sud où elles sont moins nombreuses, n’aimant pas les fortes chaleurs. 

À l’inverse, Rhipicephalus sanguineus se retrouve essentiellement dans le Sud-est de la France. En outre, elle présente la particularité de pouvoir se développer à l’intérieur contrairement aux deux autres espèces. Elle peut ainsi infester l’environnement de l’animal et survivre tout l’hiver, à l’intérieur des maisons ou des chenils. 

 

3- Pourquoi l’infestation de nos animaux par les tiques est-elle dangereuse pour eux ? 

Tout d’abord, la spoliation sanguine, lors d’infestation importante, peut causer une anémie chez les animaux les plus fragiles : les jeunes animaux, malades ou âgés. De plus, un abcès peut se développer à l’endroit de la morsure après infection de la plaie. 

Cependant, le danger le plus important reste la transmission d’agents pathogènes que la tique relargue dans son hôte (votre animal) au moment de la morsure par la salive. 

Parmi les maladies les plus fréquentes transmises par les tiques, on retrouve la piroplasmose, la borréliose (l’équivalent de la maladie de Lyme chez l’Homme), l’anaplasmose et l’ehrlichiose

4- Pourquoi l’infestation de nos animaux par les tiques est-elle dangereuse pour nous ? 

Les tiques parasitant nos animaux peuvent facilement nous choisir comme hôte et nous transmettre des maladies au moment de leur repas par l’intermédiaire de leur salive.

La maladie de Lyme est ainsi causée par une bactérie transmise par Ixodes Ricinus. Elle est caractérisée par l’apparition d’un érythème chronique migrant, une sorte de plaque rouge formant un cercle à partir de l’endroit de la morsure. En l’absence d’un traitement antibiotique adapté, ce dernier disparaît en quelques semaines, mais la bactérie peut entraîner secondairement des douleurs musculaires et articulaires et une atteinte neurologique. 

Les tiques sont également responsables de la transmission de l’encéphalite à tiques, un virus causant un symptôme grippal et une atteinte neurologique et de la fièvre boutonneuse, retrouvée dans le Sud à l’origine d’une éruption cutanée sous forme de papules. 

5- Comment la tique se retrouve-t-elle sur notre animal ? 

Le cycle évolutif de la tique varie en fonction de l’espèce. Cependant, toutes les tiques ont trois stades évolutifs : l’adulte, la larve et la nymphe. Chacun de ces stades se nourrit sur un hôte pour continuer à se développer. C’est la tique adulte que l’on retrouve généralement sur nos chiens. La fécondation a lieu cours d’un de ses repas sanguins. Une fois rassasiée, la tique tombe sur le sol, pond ses œufs et meurt. 

Dans l’environnement, on considère que les lieux les plus risqués sont les endroits en hauteur : herbes hautes, broussailles, buissons… Elles guettent ainsi l’arrivée d’un hôte et se laissent tomber pour se retrouver sur le pelage de votre animal et commencer son festin. 

6- Quelle est la période la plus risquée ? 

Généralement, les tiques sévissent surtout au printemps et en automne, en raison des conditions optimales à leur développement : température douce et humidité.  Cependant, on en trouve également l’été et pendant l’hiver lorsqu’il ne fait pas suffisamment froid pour les tuer.  

Comme nous l’avons abordé, Rhipicephalus sanguineus persiste l’hiver lorsqu’elle s’abrite dans les maisons et les chenils où se trouvent les animaux infestés. 

7- Comment détecter la présence de tiques sur votre animal ? 

Les tiques aiment se fixer à certains endroits du corps. Ainsi, pour rechercher leur présence sur votre animal, concentrez-vous sur les zones à peau fine : oreilles, base de la queue, ventre, au niveau des plis… 

Les femelles gorgées de sang sont relativement aisées à diagnostiquer en raison de leur taille. En revanche, il peut être plus difficile de détecter une tique qui vient de s’accrocher et qui ne s’est pas encore nourrie. Un brossage régulier de votre animal en insistant sur les endroits « à risque » facilite leur mise en évidence et une lutte rapide contre l’infestation.   

8- Quels sont les moyens de prévention d’une infestation par les tiques ? 

Pour prévenir toute morsure, l’idéal est d’administrer un produit répulsif de mars à novembre, période où les tiques sont les plus nombreuses. Il existe des produits à base de plantes qui repoussent les tiques et des produits acaricides qui tuent la tique au moment de la morsure.

Une grande variété de produits existe en fonction de vos préférences : colliers, sprays, pipettes, comprimés… Certains durent plus ou moins longtemps et résistent plus ou moins bien à l’eau. Ainsi, évitez de baigner votre chien 48h avant et 48h après l’administration d’une pipette anti-parasitaire pour permettre une diffusion optimale à tout le corps.  

9- Quels sont les moyens de lutte d’une infestation par les tiques ? 

Vous apercevez la présence de tiques sur votre chien ? La première chose à faire est de vous munir d’un crochet à tiques pour la décrocher entièrement, y compris la tête. 

Surtout, ne cherchez pas à la brûler ou à appliquer un produit corrosif type éther, cela augmenterait les chances de libération d’agents pathogènes par régurgitation de salive plus importante au moment de l’application. 

Il faut ensuite administrer un produit acaricide à votre chien : d’autres tiques moins visibles peuvent être présentes et échapper à votre vigilance. Cela permettra de les tuer et de débarrasser votre compagnon de tous ses parasites. 

10- Existe-t-il des vaccins contre les maladies transmises par les tiques ? 

Actuellement, seules la piroplasmose et la maladie de Lyme disposent d’un vaccin proposé chez le vétérinaire. La vaccination est intéressante pour les chiens fortement exposés, comme les chiens de chasse sortant très fréquemment en forêt où les tiques pullulent. 

Les tiques représentent un danger à la fois pour nos animaux, mais également pour nous, en raison du nombre important d’agents pathogènes qu’elles vectorisent. 

Comprendre leur mode de vie permet d’adapter au mieux les plans de prévention et les traitements en cas d’infestation afin de garantir une qualité de vie optimale à nos fidèles compagnons et une vie paisible à leur côté. 

 

Anaëlle Cassemiche, ProVéto Junior Conseil

Envie de découvrir d’autres conseils ?

Nos supers héros

#vetocanis

NOUS SOMMES AU POIL

Pourquoi nous choisir ?

Société à mission

Une marque engagée pour le bien-être animal

Sous contrôle vétérinaire

Nos produits sont élaborés sous contrôle vétérinaire

Livraison offerte

à partir de 40€ avec Colissimo